Comment je suis tombée dans la marmite du Feng Shui !

Comment est-ce qu’on en vient (i) à découvrir le Feng Shui (ce n’est quand même pas encore totalement rentré dans les moeurs) et (ii) à vouloir en faire son métier ?

Pour moi, cela remonte à 2010-2012, les années où j’étudiais la naturopathie au Cenatho, à Paris. Nous avons notamment reçu un cours d’initiation à la psychologie qui offrait un panorama complet de toutes les techniques de thérapie et de bien-être qu’on pouvait trouver sur le marché à l’époque, et le Feng Shui en faisait partie. J’en ai pris note, mais j’ai surtout été interpellée par un certain nombre d’autres techniques, que j’ai testées avec plus ou moins de bonheur dans les mois et années qui ont suivi ce cours. Comprendre sa psyché, ses émotions, ses réactions, et chercher à avancer dans la connaissance de soi, et, par extension, dans l’épanouissement personnel, ont toujours attisé une grande curiosité chez moi !

Ce n’est qu’en 2014 que le Feng Shui m’est revenu en tête, après un déménagement et l’achat de mon propre appartement, après quelques années en couple et une rupture qui m’avaient laissé un goût d’échec. Je mettais toutes mes billes dans ce nouveau logement, et je voulais vraiment repartir sur de bonnes bases et mettre toutes les chances de mon côté pour être heureuse et me construire une vie plus épanouie.

Alors j’ai cherché à qui faire appel. Je suis allée à des conférences, dans des salons, à des ateliers… et les premières personnes vues ne me « parlaient » pas. Je ne sentais aucune connexion avec elle, et je savais que je voulais une approche plus spirituelle, plus consciente de cette discipline afin de pouvoir m’y retrouver pleinement. Et c’est lors d’un atelier organisé par une petite association que j’ai eu connaissance de l’école du Feng Shui Tian Di. Ce Feng Shui a ceci de particulier et d’unique qu’il réunit le savoir ancestral traditionnel venant de Chine et les découvertes les plus récentes en matière de physique quantique.

J’ai d’abord fait appel à une consultante issue de cette école, puis j’ai fini par réaliser que ça m’intéressait tellement que je voulais savoir faire moi-même une analyse Feng Shui. Et là, comme souvent dans la vie lorsqu’on est sur le bon chemin pour soi, tout a été fluide : il y a eu une soirée portes ouvertes peu de temps après, et une nouvelle session de formation commençait à peine quelques mois plus tard. La formation a duré 2 ans au total, avec beaucoup de travail sur soi (essentiel pour ne pas faire de projections de ses propres histoires sur ses clients) et beaucoup de pratique. Pour la première fois de ma vie, j’ai pu suivre tout ce parcours sans avoir le moindre doute sur mon envie et ma motivation à aller au bout. Cela a toujours sonné juste, un grand « OUI » venant du fond de mes entrailles.

Bien sûr, au fur et à mesure de mes apprentissages, j’ai modifié des choses chez moi (beaucoup). Et j’ai vu et senti les effets de chaque rituel, de chaque changement, de chaque ajout dans mon espace de vie. Il n’y a jamais de hasard et rien n’est anodin. Les choses sont toujours reliées sur un autre plan, invisible.

Aujourd’hui, j’exerce ce métier passionnant de consultante en Feng Shui, et chaque dossier me permet de confirmer mon enthousiasme et mon impression d’être à ma juste place, sentiment merveilleux pour lequel je suis pleine de gratitude !

En vous souhaitant à vous aussi de trouver votre place et de vous épanouir pleinement par le biais de vos activités, quelles qu’elles soient.

Swana